« Mille personnes, c’est mille idées, et c’est comme ça qu’on peut construire ensemble… »

C’est avec beaucoup d’émotion et d’ambition pour l’avenir de la ville que plus de 200 Malakoffiot-e-s se sont exprimés la semaine dernière. Ils ont échangé leurs points de vue autour de l’identité de leur territoire et son avenir en assistant aux trois nouvelles réunions de la démarche « Malakoff et moi », les 7e, 8e et 9e sur 11 au total. Elles se sont tenues le lundi 23 mai à la salle familiale Henri-Barbusse, le mardi 24 mai à la salle de spectacle Le Magasin et le jeudi 26 mai à La Fabrique des Arts.

Malakoff et Moi

Les enjeux qui attendent la commune sont de plus en plus identifiés par les habitants :

L’IDENTITÉ DE LA VILLE

Il y a ceux qui ne veulent pas que Malakoff devienne comme son voisin Issy-les-Moulineaux, une concentration d’entreprises, qui tiennent avant tout à conserver l’esprit « village » qui est le leur. Ils craignent que leur ville soit « phagocytée » par l’arrivée du Grand Paris et qu’elle perde son identité. Mais il y a aussi ceux qui voient une opportunité, avec une perspective de développement économique et de nouveaux emplois à la clé, et qui ont confiance dans la capacité de Malakoff à tirer son épingle du jeu !

« Je crois que Malakoff peut devenir un Berlin ! » L’idéal d’Abderraouf, un jeune Malakoffiot, est la voie suivie par la capitale allemande : une ville ouverte aux artistes, à la culture comme à la contre-culture, une opportunité selon lui « de créer de l’emploi et de la richesse ». Sacha, elle, veut une ville de l’« écologie humaine » : « On se connait les uns les autres, cela crée de la compréhension et moins d’appréhension, il faut créer un réseau », développe cette Malakofiotte d’origine autrichienne. Elle est venue témoigner de sa conviction que « la politique du petit pas » et l’implication de chacun pourra faire évoluer les choses et faire de Malakoff une ville à part. Enfin, pour Mina, une autre habitante du Sud, Malakoff sera à l’avenir « la ville qui fait participer les gens ».

RencontreCitoyenneN10_160526_024.jpg

QUEL MODÈLE URBAIN POUR LE DÉVELOPPEMENT ?

Arrivée du Grand Paris, du Grand Paris Express (la future ligne 15 du métro), nouvelles populations, transformation urbaine, construction de logements… Ces sujets étaient au cœur des échanges. Certains craignent une densification qui toucherait l’identité de Malakoff, d’autres ont peur de ne pas pouvoir rester : « Est-ce que demain on arrivera quand même à vivre proche de Paris, dans une petite ville comme ça ? Est-ce qu’une famille nombreuse pourra y vivre ? », se questionne Estelle. Mais d’autres y voient des possibilités pour les jeunes couples de rester vivre dans la ville…

Tout le monde semble d’accord sur un point : si la densification est obligatoire, elle doit se faire aux conditions des Malakoffiot-e-s : garder la mixité (ADN de Malakoff), permettre aux jeunes et à ceux qui n’ont pas des moyens élevés de vivre à Malakoff, et le faire avec les habitants, en les consultant : « Une concertation pré- alable, quand on a des projets, c’est toujours intéressant pour que les habitants prennent part aux projets et qu’on puisse les construire ensemble », fait remarquer un jeune présent à la réunion de la Fabrique des Arts.

LE NORD ET LE SUD : QUELLE UNITÉ POUR MALAKOFF ?

Encore une fois, le clivage entre le Nord et le Sud de la ville était un sujet incontournable des discussions cette semaine. Les deux parties constatent cette division et les habitants du Sud regrettent un territoire moins animé, « plus désertique » selon les mots d’Hafida. Si certains souhaitent dire que le Sud est un quartier qui vit, beaucoup de participants indiquent leur volonté de faire une seule ville et que le Sud soit traité de la même manière. Cela passe par les commerces, les infrastructures, mais aussi par des actions sur le vivre ensemble. Beaucoup d’intervenants ont en effet souligné l’importance de mélanger les Malakofiot-e-s, du Nord et du Sud, et de tous les horizons. « J’avais cette idée de faire une fête, de rassembler les gens, de toutes les origines, de toutes les religions », propose Mina.

Devant ces enjeux, les Malakoffiots se disent contents de pouvoir exprimer leur avis. L’un d’eux résume : « Une personne, c’est une idée. Mille personnes, c’est mille idées. Trois mille personnes, c’est trois mille idées et en fonction de ces idées, la municipalité peut se confronter au Grand Paris, avec nos propositions concrètes ».

Deux dernières réunions publiques sont prévues cette semaine à Malakoff, venez vous aussi livrer votre vision de la ville et de son avenir, vos attentes et vos préoccupations !

  • Lundi 30 mai – Foyer du Théâtre 71 – 20h00
  • Mercredi 1er juin – Maison de quartier Barbusse – 20h00

Télécharger le quatrième numéro de la gazette Malakoff et moi en format PDF ici : LA GAZETTE N°4

73d21b82-5cad-439d-80e1-ae3e365ab71a

Publicités